En tournée
Kid be Kid

Kid be Kid


KID BE KID est une véritable sensation. La musicienne berlinoise est un feu d'artifice explosif. Eh bien, quelles que soient les métaphores et les superlatifs utilisés, et même s'il s'agit d'un cliché très décrit, il est vraiment très difficile de décrire la musique de cette artiste phénoménale avec des mots.
Quand KID BE KID chante, joue du piano, des synthés ET du human beatboxe en même temps, on a le souffle coupé.
Comment fait-elle cela ? Où trouve-t-elle cette force incroyable ? Avec une telle sûreté de style, presque comme un rêve ?
Il n'y a pas qu'un seul style auquel elle peut se raccrocher. Chez KID BE KID, les frontières entre les genres s'estompent de manière ludique et fluide. Il y a des pianos jazzy, des grooves R&B funky, des nappes de synthé sci-fi et des patterns électroniques adaptés aux clubs et, en plus, son chant soul expressif. De la grande pop avec un point d'exclamation. Quelque part entre The Internet, James Blake, Alica Keys, Thom Yorke et Rhazel des Roots peut-être. Sauf que chez KID BE KID, tout s'écoule visiblement en même temps du corps d'une personne.
Dans son dernier single "A Room To Dance", sa première publication sur le label outernational FUN IN THE CHURCH, elle a pour la première fois programmé un beat pour accompagner sa musique. "my body is too weak, too fast is my heartbeat, my soul is too weak and my whole breathing ain't deep" (mon corps est trop faible, trop rapide est mon battement de cœur, mon âme est trop faible et mon souffle entier n'est pas profond), chante-t-elle dans la vidéo dans une ancienne carrière et cherche dans les mouvements de danse du chorégraphe Alexander Miller l'espace libre pour son épanouissement individuel sur une grosse caisse qui avance sans pitié : elle semble d'abord agitée et bloquée dans les mouvements étudiés. À la fin, elle groove dans une sorte de monde parallèle NFT-hyperpop de l'artiste berlinois Markus S. Fiedler

Close 15 / 38